les super-héros Marvel, marionnettes de la Russie

Entre Washington et Moscou, les super-héros ont choisi leur camp : analysons ce complot pour le moins… surprenant ! 

Les super-héros Marvel ne sont plus ce qu’ils étaient. Eux qui généralement luttent pour défendre les Etats-Unis d’Amérique, comme le célèbre Captain America, seraient en fait, des agents doubles au service de leur vieil adversaire : la Russie de Vladimir Poutine. La rumeur s’étend maintenant à la Guerre Froide.

Premiers indices : les symboles !

Dans leurs aventures, les héros Marvel reprennent les symboles de l’ex-Union soviétique et de l’actuelle Russie. Par exemple, les trois couleurs du bouclier de Captain America sont celles du drapeau russe. Autre exemple, Cronus et Thor sont chacun armés d’une faucille et d’un marteau, emblèmes des paysans et des ouvriers, qui figuraient tous les deux sur le drapeau de l’Union soviétique. Coïncidence ? Pour les complotistes, le doute n’est pas permis : les héros sont téléguidés par Moscou. Mais c’est oublié un peu vite que les couleurs du drapeau russe (bleu-blanc-rouge) sont les mêmes que celles du drapeau américain et, accessoirement, de nombreux autres pays dans le monde, à commencer par la France. Quant au marteau, c’est effectivement l’arme préféré de Thor, le dieu viking du Tonnerre qui était vénéré de la Scandinavie jusqu’en Russie… plus de 10 siècles avant la création de l’Union soviétique; une faille spacio-temporelle un peu longue pour faire le lien entre Thor et les ouvriers communistes ! Non ?

Autres indices, les chiffres !

Petite démonstration : le film Thor est sorti le 02/07/11. Si l’on reporte ces trois chiffres  dans l’ordre de l’alphabet, on obtient les lettres B, G et K (B : 2e lettre de l’alphabet, G : 7e lettre et K : 11e lettre). Une fois inversée, on trouve l’acronyme KGB, celui de la terrible police secrète du régime soviétique. Sauf  que K, G et B sont des lettres latines. Or les russes utilisent l’alphabet cyrillique dont les lettres et l’ordres sont différents. Ajoutons au passage, que « KGB » n’est qu’un sigle parmi beaucoup d’autres (Tcheka, Guépéou, NKVD) ayant servi à désigner cette fameuse police : ainsi, son nom actuel est le FSB. Avouez que cette théorie est de plus en plus bancale !

Derniers indices : les lettres !

Poursuivons avec les lettres maintenant. A en croire les dénonciateurs de complot, l’anagramme, jeu de mot qui consiste à inverser l’ordre des lettres d’un mot pour en obtenir un autre, nous donne ainsi de nombreuses clefs. Par exemple, « Tom Elvis Jedusor » est l’anagramme de « Je suis Voldemor ».  Concernant l’alliance secrète Russie-Marvel, « Vladimir Poutine » donne l’anagramme : « il voit Spiderman ». Mais pour y parvenir, il faut remplacer le u par s: un peu farfelu pour être crédible. D’autant que cet anagramme n’est ni en russe ni en anglais, mais en français (!!!). Autrement dit, les membres du complot s’exprimeraient uniquement dans une langue qui n’est ni la leur, ni celle de leurs ennemis ? Où est la logique? Certainement pas du côté de la théorie du complot.

CQFD

Les partisans de la conspiration s’appuient toujours sur une démonstration rationnelle pour dénoncer et démasquer l’existence de « forces occultes » décidées à « détruire » notre société. Leur discours a donc « toujours l’aspect de la logique. Mais derrière cette belle façade, on ne trouve généralement que du vent. Or, il n’est pas nécessaire d’avoir un esprit très exercé pour percer à jour ce genre de mensonge. Ici, la confusion entre les héros typiquement américains et la Russie, depuis longtemps en opposition ouverte avec les Etats-Unis, semblait d’emblée aussi surprenante qu’aberrante.  Ainsi, nous pouvons éviter les pièges en faisant simplement appel à notre bon sens et à notre esprit de déduction.

Par La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *