Sois jeune et tais toi : une affiche de mai 68

Le contexte

Le fameux mouvement révolutionnaire étudiant est un moment fort de l’expression propagandiste. Durant Mai 68, ce sont plusieurs centaines d’affiches différentes tirées à des milliers d’exemplaires qui seront placardées sur les murs de nos villes.

L’affiche : « Sois jeune et tais-toi » est une affiche sérigraphiée en deux couleurs (rouge et blanc). Elle n’est pas signée mais produite par les étudiants des Beaux-Arts à Paris.

 

Les ressorts

Comme souvent dans l’expression propagandiste, l’affiche paraît simple. Elle représente le Général de Gaulle, avec un képi et affublé d’un grand nez et de grandes oreilles. Celui-ci fait taire de sa main un jeune plutôt petit et caractérisé par ses bretelles.

Mais comme toujours, sous cette apparente simplicité, l’affiche de propagande recèle un ensemble de subtilités qui favorise la persuasion, mine de rien. Tout d’abord, il faut nous concentrer ici sur les éléments centraux de l’image, à savoir la main et le regard.

La main du Général est la seule main présente sur cette affiche.  C’est donc la seule main agissante : elle agit négativement pour museler, pour contraindre : elle réalise donc le message écrit « sois jeune et tais-toi ». Cette main qui contraste avec le visage blanc du jeune, met également en évidence l’absence des mains de ce dernier, condamnées au hors-champ. Tout simplement, le message suggère finement le pouvoir abusif du Général ainsi que l’incapacité contrainte de l’étudiant.

Le traitement du regard est inversé. C’est le regard du jeune qui est visible et pointé sur le spectateur, alors que celui du Général n’apparaît voire il regarde ailleurs.

Un lien particulier opère dès lors entre le jeune et le spectateur. Ce regard donne tout son sens à notre affiche. Alors que le Général se désintéresse voire ignore le spectateur ou la situation, le jeune réduit à l’incapacité nous regarde fixement et calmement.

De prime abord, ce regard est celui d’une victime. Mais si l’on va plus loin, on peut voir de la sérénité.

Malgré la grande simplicité de cette œuvre de propagande, nous avons un message complet qui explique une situation et donne un point de vue, qui soulève une émotion, et qui porte un espoir ainsi qu’une violence positive si évidente qu’elle en est cachée. Le Général parle mais c’est le silence du jeune qui est le plus assourdissant. Il semble à présent nous dire : « regardez-moi bien et sentez le potentiel révolutionnaire qui est le mien ! ».

Les retombées

Il ne fait aucun doute que les affiches de Mai 68 ont largement contribué au mouvement ainsi qu’à ses suites. Certes, l’affichage sauvage et systématique y est pour quelque chose. Mais ce qui ressort de Mai 68, c’est exactement ce qu’exprimaient ces affiches : elles en sont l’essence même : une fougueuse modernité rimbaldienne qui explose au visage des anciens et ouvre à la liberté ainsi qu’à la nouveauté.

 

Par La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *