L’exclusion sociale peut mener au conspirationnisme, selon des chercheurs de Princeton

Une récente étude publiée fin 2016 dans le Journal of Experimental Social Psychology par des chercheurs de l’université de Princeton, aux Etats-unis, révèle que l’exclusion sociale est un facteur important pouvant conduire à développer un penchant conspirationniste.

Selon cette étude, intitulée « The dark side of meaning-making: How social exclusion leads to superstitious thinking » (le côté obscur de la fabrication du sens : comment l’exclusion sociale conduit à la superstition), le sentiment de désespoir résultant de l’expérience de l’exclusion sociale peut amener des personnes à rechercher du sens dans des croyances et des superstitions. « Ceux qui sont exclus peuvent commencer à se demander pourquoi ils sont exclus ce qui les amène à chercher un sens à leur vie. En cherchant ce sens, ces personnes peuvent adhérer à certaines croyances complotistes« , explique Coman.

Par ailleurs, le conspirationnisme alimenterait également en retour l’exclusion, en créant de l’isolement. Selon Alon Coman, l’un des deux co-auteurs de l’étude, « quand des personnes ayant des idées conspirationnistes partagent leurs croyances, alors cette pensée conspirationniste peut les éloigner de leur famille et de leurs amis en augmentant l’exclusion. »

L’étude publiée par les chercheurs de Princeton se trouve ici

Une analyse détaillée de cette intéressante étude est accessible ici. 

Par La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *