D’où viennent les fausses informations et comment y répondre ?

D’où viennent les informations erronées que reprennent parfois les médias ? C’est le thème de la Semaine de la presse et des médias dans l’école (SPME) qui s’est déroulée en mars dernier.

Face à cette intox, qui pullule en particulier sur les réseaux sociaux, des journalistes ont décidé de réagir. C’est par exemple le cas de la chronique Le vrai du faux sur Franceinfo, ou de la rubrique Désintox à Libération, ou bien encore des Décodeurs au Monde dont nous avons déjà parlé ici.

Les jeunes plus sensibles aux « fake news »

Dans un article, Francetvinfo fait le point sur la riposte et dresse la liste des initiatives originales lancées par des médias : « des numéros et concours du magazine 1jour1actu (partenaire de franceinfo junior), la création du P’tit Libé, en version papier et web du côté de Libération, le travail sur les théories du complot réalisé par le site de vidéos en ligne, Spicee, ou encore les reportages d’Interclass‘, des collégiens qui produisent des pastilles sonores aidés par des journalistes de France Inter. À son échelle, c’est aussi ce que réalise franceinfo, en proposant notamment des ateliers, ou via franceinfo junior, en intervenant auprès de nos journalistes en herbe. À l’école ou en dehors, dans des ateliers, des enseignants et des journalistes s’engagent aussi pour faire de l’éducation aux médias auprès des jeunes élèves. Il existe ainsi une plateforme, Mediaeducation.fr, pour encourager les journalistes à intervenir dans des classes. Autre exemple : l’initiative de Rose-Marie Farinella, une enseignante qui aide les élèves à détecter les « hoax », les fausses infos. C’est ce qu’elle explique dans cette interview à lire sur le site de Rue89« , indique Francetvinfo.

Lire l’article sur le site de Francetvinfo ici. 

Par La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *