Un ancien radicalisateur raconte le processus de radicalisation en prison

Un ancien détenu dans les années 90, condamné pour meurtre, raconte comment il s’est radicalisé en prison et comment, à son tour, il a radicalisé de nouveaux venus.

Il appartient à la génération précédente de « djihadistes », ceux des années 90, à une époque où ni Al Qaida ni Daesh n’existaient. Condamné pour meurtre, il se retrouve en prison, isolé, en proie au racisme des « matons », à la dureté de la détention. Dans cet environnement, les « frères muz » sont solidaires. Ils s’entraident. Ils se soutiennent et font front face à la violence carcérale. Ils diffusent aussi leur propagande, petit à petit, désignant les boucs émissaires, donnant des raisons d’espérer, canalisent la colère tout en la nourrissant. Peu à peu, « tu t’enfonces dans la haine », explique-t-il. Le djihad est au bout du tunnel. La radicalisation est enclenchée.

A 40 ans, après 20 ans à l’ombre, celui que les surveillants surnommaient « Oussama Ben Laden » a aujourd’hui décroché et est sur la voie de la réinsertion. Il raconte dans cette émission d’Arte Radio le processus d’embrigadement derrière les barreaux, favorisé par la violence et le racisme à l’oeuvre dans la détention.

Par La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *