Google s’engage contre le terrorisme en ligne

Après Facebook, au tour de Google de s’engager pour combattre les « contenus terroristes ». La firme de Mountain View a annoncé quatre nouvelles mesures, qui concernent surtout YouTube.

C’est sur son blog et par voie de tribune que, le 18 juin, le géant du web a annoncé son intention de faire davantage d’efforts pour combattre le terrorisme en ligne, en particulier sur la plateforme vidéo YouTube. Dans cet article intitulé « Quatre engagements que nous prenons pour lutter contre le terrorisme en ligne », le principal juriste de Google, Kent Walker, affirme la volonté du groupe de vouloir « faire partie de la solution » au problème du terrorisme en ligne.

« Les contenus terroristes n’ont pas leur place sur nos services », souligne Kent Walker en précisant que les entreprises du web « doivent faire davantage » pour lutter contre le terrorisme.

YouTube au centre du jeu

Les engagements pris par Google concernent surtout la plateforme YouTube, sur laquelle prospèrent depuis de nombreuses années des contenus manifestement, voire explicitement, extrémistes. L’idée ici, selon Google, est de développer, comme chez Facebook, une technologie de « learning machine » permettant de mieux identifier les « vidéos extrémistes liées au terrorisme », un défi de taille, souligne Kent Walker, car il est très difficile d’analyser dans les vidéos les contenus qui sont liés au terrorisme.

Autre engagement : s’appuyer davantage la communauté des « Trusted Flaggers », ces internautes et youtubeurs qui signalent des vidéos problématiques. Google devrait ainsi muscler cette communauté et, y accueillir, notamment, de nouvelles ONG et associations impliquées dans la prévention de la radicalisation et la lutte contre le terrorisme.

En outre, les vidéos « au contenu religieux ou suprémaciste incendiaire » qui n’enfreignent pas explicitement les règles de YouTube seront précédées d’un message d’avertissement et la publicité y sera désactivée.

Promouvoir les contre-discours

Enfin, le projet « Redirect Method » sera étendu à l’Europe, a annoncé Kent Walker. Il s’agit ici de promouvoir dans les espaces publicitaires (mais sans modifier l’ordre normal des recherches) des contenus de contre-discours lors des requêtes effectuées sur le moteur de recherche. Ainsi, lorsqu’un internaute fait une recherche sur la base de mots clés liés au terrorisme, le moteur propose en publicités des contenus de contre-discours.

Par La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *