Les fake news sont utilisées pour manipuler l’opinion publique, selon une étude de l’université d’Oxford

Dans une étude menée dans 9 pays et publiée par , des chercheurs de l’université d’Oxford observent que les « fake news » diffusées sur les réseaux sociaux servaient d’abord à manipuler l’opinion publique.

Qu’elles soient diffusées par des individus ou des Etats, les fausses informations, ou « fake news » diffusées via Facebook et Twitter sont utilisées à des fins de propagande, note des chercheurs dans une étude présentée par le quotidien britannique le « Guardian ».

Sur une période de deux ans, entre 2015 et 2017, les 12 auteurs de l’étude ont « analysé des dizaines de millions de messages sur 7 réseaux sociaux différents pendant des périodes d’élections, de crises politiques et d’incidents de sécurité nationale » dans 9 pays : la Russie, la Chine, Taïwan, les Etats-Unis, le Brésil, le Canada, l’Allemagne, la Pologne et l’Ukraine.

Pour Philip Howard, professeur d’études sur Internet à Oxford, les algorithmes de Facebook et Twitter bénéficient à des stratégies de propagande : « Il y a un immeuble à Saint-Pétersbourg (en Russie) avec des centaines d’employés et des millions de dollars de budget dont la mission est de manipuler l’opinion publique » dans plusieurs pays, expliquait-il le 20 juin lors d’une présentation à la presse des résultats de l’étude, rapportée par l’AFP.

La Russie, pionnière dans l’utilisation des fake news à des fins de propagande

La Russie, constatent les chercheurs d’Oxford, a été pionnière dans la mise au point et l’utilisation de ces techniques de propagande en ligne. Le but : semer la confusion, le doute, en multipliant les « infos » contradictoires, notamment pour brouiller les messages des opposants, comme en Ukraine, un pays qui a été, selon les auteurs de l’étude, un laboratoire pour la stratégie de propagande de la Russie.

Parmi les méthodes employées : l’usage de programmes informatiques autonomes («bots») qui diffusent de fausses informations dans le but de brouiller les esprits. Cette technique a également été utilisée aux Etats-Unis durant la dernière campagne présidentielle. Les chercheurs estiment ainsi que les «bots» ont eu une influence mesurable sur l’élection. «Des armées de « bots » qui suivent, retwittent ou « likent » les publications d’un candidat le rendent ainsi plus légitime, et il semble davantage soutenu qu’il ne l’est réellement», écrivent les auteurs de l’étude.

 

Par La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *