Tunisie : un MOOC pour lutter contre la radicalisation

En Tunisie, un cours en ligne gratuit a été mis en place par l’université virtuelle de Tunis sur la radicalisation et le terrorisme. 400 personnes se sont déjà inscrites.

Créée en 2002, l’université virtuelle de Tunis (UVT) s’est donnée pour mission d’ouvrir le savoir au plus grand nombre, notamment grâce à des cours en ligne ouvert à tous. L’un des cours proposés depuis le 12 juin – en français et en arabe – est assez inhabituel puisqu’il s’intitule « Radicalisation et terrorisme » (accéder au cours ici).

Plusieurs « stars » du sujet ont été mobilisées pour ce cours, dont le chercheur de référence Farhad Khosrokhavar, qui travaille depuis de nombreuses années sur la radicalisation, notamment en prison, le sociologue marocain Abdessamad Dialmy ou encore l’anthropologue tunisien Youssef Seddik.

Tous ceux qui sont concernés par le sujet djihadiste

Le cours s’adresse à tous ceux qui se sentent concernés par la problématique djihadiste : jeunes ou moins jeunes, étudiants ou chercheurs, responsables associatifs, mais aussi imams.

« C’est la société civile et des enseignants de la Manouba qui ont imaginé cet enseignement, après les multiples attentats qui ont frappé le pays », a indiqué Jilani Lamloumi, président de l’Université Virtuelle de Tunis, à Jeune Afrique. 

Pour le moment, 400 personnes sont inscrites,indique JA. Une autre session est déjà prévue. « Quand le cours sera terminé, nous ferons un petit bilan, nous apporterons les modifications qu’il faut, puis nous proposerons une nouvelle session », a ajouté Jilani Lamloumi.

Par La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *