Bientôt des fake news en vidéo ?

Si l’avenir des fake news résidait dans la vidéo ? Une université américaine a réussi à fabriquer un faux discours de Barack Obama en vidéo, grâce à des morceaux d’anciens discours et de nouvelles techniques de montage. Impressionnant… et flippant.

Dans la vidéo ci-dessous, on voit Barack Obama en train de prononcer un discours. Rien d’exceptionnel a priori… sauf que ce discours est un faux, fabriqué à partir de vieux morceaux de discours et montés grâce à une technique de synchronisation.

Regardez, le résultat est impressionnant :

Cette vidéo a été composée par une équipe d’informaticiens de l’université de Washington, qui « a réussi à créer un réseau de neurones artificiels capable de convertir des pistes audio de Barack Obama en reproductions visuelles de sa bouche pour synchroniser ses propos avec la vidéo utilisée comme support », rapporte Numérama.

Il s’agit là d’un exploit, rendu possible par un financement de Facebook, Google, Samsung et Intel, précise la même source, qui indique que « la superposition d’extraits audio non concordants avec une image est traditionnellement démasquée par cette non-synchronisation entre le mouvement des lèvres et les paroles entendues ».

« En s’entraînant sur 14 heures tirées des vidéos hebdomadaires d’intervention du président, un réseau de neurones artificiels apprend à convertir ces éléments audio bruts en formes de la bouche. Au vu de sa forme à chaque instant, nous synthétisons une texture de [lèvres] de grande qualité […] pour modifier [dans la vidéo finale] ce qu’il semble dire en concordance avec la piste audio d’origine », a expliqué Supasorn Suwajanakorn, le responsable principal de cette recherche.

Il y a encore des faiblesses, comme les difficultés d’alignement entre la bouche et le visage ou encore la non-concordance entre certaines émotions faciales et le ton du discours à certains moments, mais cela pourrait être rapidement corrigé.

Si des applications pratiques sont citées – sur Skype par exemple – on peut aussi s’interroger sur le risque de dérives liées à la possible fabrication de fausses vidéos.

Par La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *