Facebook chasse les fake news au Kenya

Facebook s’était engagé à mieux lutter contre les fake news. Le réseau social vient de développer, à l’occasion des élections au Kenya, un outil pour aider les utilisateurs à les repérer.

L’Afrique, nous vous l’indiquions ici, est un eldorado pour les fake news. D’Alger au Cap, aucun pays africain n’est épargné par la prolifération de ces fausses informations via les réseaux sociaux, qui influencent les citoyens et peuvent avoir de graves conséquences (comme dans le domaine de la santé publique).

Au Kenya, une étude de Geopoll and Portland réalisée le mois dernier sur 2.000 Kényans montre que neuf personnes sur dix ont déjà vu, lu ou entendu une fausse information.

Facebook, qui s’est engagé à mieux lutter contre ce phénomène, a donc profité des élections au Kenya, mardi 8 août, pour développer un nouvel outil qui permettra aux 7 millions d’utilisateurs kenyans du réseau social d’évaluer la véracité des contenus proposés.

Les utilisateurs seront redirigés vers une page contenant des conseils pour repérer une fausse information, contrôler le domaine de la page internet, les sources et les autres articles sur le sujet, a indiqué Facebook dans un communiqué.

 

Par La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *