Les fake news, cette nouvelle source d’inspiration pour les séries

Aux Etats-Unis, les séries ont vite repéré à quel point les fakes news pouvaient influer sur la politique. Bon nombre d’entre elles, dont la nouvelle saison d’Homeland, en ont fait un ressort scénaristique incontournable.

Elles sont une malédiction pour les campagnes et les mandats présidentiels, mais les scénaristes de séries politiques en raffolent. En quelques années – mais surtout depuis l’élection de Donald Trump, les fake news sont devenues un ressort scénaristique incontournable pour des séries comme House of Cards, Scandal ou The Good Wife, qui s’inspirent souvent du contexte politique réel.

La saison 6 de la série Homeland en fait par exemple son fil rouge. Si les premières saisons se concentraient sur la relation entre Carrie Mathison, un agent de la CIA, et  Nicholas Brody, un ex-soldat détenu par Al Qaeda qu’on soupçonne d’avoir été « retourné » contre les Etats-Unis, cette nouvelle saison voit la politique prendre plus de place. La nouvelle présidente des Etats-Unis est victime de fake news, qui viennent notamment de l’un des nouveaux personnages, Brett O’Keefe, un « journaliste » conspirationniste de l’alt-right américaine. Ce personnage semble directement inspiré d’Alex Jones, le conspirationniste le plus célèbre des Etats-Unis.

Homeland puise de plus en plus dans la réalité pour écrire la fiction. Interrogé à ce sujet après l’élection de Trump, le producteur de la série, Alex Gansa, reconnaît : « Il est très vite devenu évident que la réalité était plus incertaine que ce que nous mettons à l’écran ».

Par La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *