Le Front national, le parti politique professionnel des dérapages

Bien trop souvent les candidats et les élus du Front national se lâchent à travers des discours racistes et haineux. Petit retour sur ces dérapages toujours plus aberrants et fréquents.

 

Jean-Marie Le Pen, spécialiste des « dérapages ».

Le n°1, c’est bien sur Jean-Marie Le Pen connu pour son négationnisme, son racisme assumé et son adoration de Charles Martel, nouvelle icône de l’islamophobie. Il profite de chaque médiatisation pour s’exprimer à tout va. Propos haineux, homophobes, dégradants… tout y passe. Il a décomplexé les discours extrémistes. Tourner sa langue 7 fois dans la bouche avant de parler, ce n’est pourtant pas sorcier !

La polémique de Claudine Kauffmann.

Le 4 Octobre 2017, le Front National annonçait la suspension du mandat et de la carrière politique au sein du parti, de la sénatrice du Var suite à la tenue de propos racistes et haineux. « Elle est suspendue dans l’attente d’explications et de clarifications sur ses propos » a annoncé David Rachline, directeur de la communication du Front national et maire de Fréjus.

Le 25 Mai 2017, cette élue politique, comparait sur son compte Facebook, des migrants aux nazis.

 

Malgré la polémique engendrée par ses propos inappropriés, Claudine Kauffman n’était pas revenue sur sa comparaison. Au contraire, elle était fière de cette exposition médiatique. Elle a même ajoutée « Qu’on parle de moi en bien ou en mal, peu importe. L’essentiel c’est qu’on parle de moi ».

Une faible sanction quand on voit le discours qu’elle tient et qu’elle profère sur les réseaux sociaux. Mais une sanction, qu’elle a du mal à digérer …

« Je rappelle par ailleurs que la présidente du FN a été relaxée au terme d’une longue procédure. La sanction que l’on m’inflige est donc pour le moins incohérente ! », on ressent comme un peu d’amertume. Marine serait-elle intouchable ? Pourtant, c’est bien le Front national qui se bat contre la justice à double vitesse.

« Dédiabolisation » vous avez dit ?

Fin 2013, Anne-Sophie Leclere ex-candidate aux municipales de Rethel dans les Ardennes, compare l’ancienne ministre de la justice Christiane Taubira à une guenon en toute tranquillité.

Ou encore Gérard Prato, candidat de la 8ème circonscription de l’Hérault lors des législatives de 2017, qui compare un musulman avec un porc

Pour finir un petit tweet qui rappelle l’homophobie imprégnée dans ce parti.

 Catherine Blain, conseillère régionale de Bretagne et ex-candidate aux législatives de 2017 dans le 4ème circonscription des Côtes d’Armon, propage son homophobie lors de la commémoration faite au policier tué sur les Champs Élysées en avril 2017.

Pour la présidente du parti, Marine Le Pen, redorer l’image de son parti s’annonce difficile…

« Dérapages » ou confession ?

Pouvons- nous réellement parler de dérapages quand tant de candidats et de partisans du Front national assument pleinement leurs paroles ? Élus, candidats, adhérents s’en donnent à coeur joie.

Il est plutôt adapté de parler de convictions, d’opinions assumées et exprimées en toute liberté. Pour éviter des sanctions sévères ou une grande stigmatisation, ces propos deviennent des dérapages. Trop facile comme stratégie. Le racisme décomplexé, non ce n’est pas une légende urbaine.

 

Source BuzzFeedMarianneLibération

Par La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *