Tuerie de Sutherland Springs : Google toujours pas au point contre les « fake news »

Juste après la tuerie de Sutherland Springs, au Texas, le moteur de recherche mettait en avant lors d’une recherche de fausses informations en provenance de sites complotistes.

Pratiquement après chaque tuerie de masse aux Etats-unis, Google fait remonter de fausses informations dans les résultats d’une recherche, comme après la fusillade de Las Vegas le 1er octobre.

Ce qu’il se passe, c’est que lorsqu’on fait une recherche sur la base de certains mots clés, comme avec le nom du tueur de Sutherland Springs, Devin Patrick Kelley, Google fait remonter sur la page de recherche des informations qui proviennent de sites complotistes.

« Dans les heures qui ont suivi le drame, une recherche Google sur Devin Patrick Kelley, du nom du suspect de 26 ans officiellement désigné par la police, affichait des allégations sans fondement. Dont de prétendues informations publiées sur Twitter par Paul Joseph Watson, une personnalité de l’extrême droite américaine à la tête du site complotiste Prison Planet, qui a récemment publié une vidéo au titre évocateur (« Ce qu’on ne vous dit PAS sur l’attentat de New York ») », note Numerama.

La faute aux algorithmes, selon Google

Comme après chaque événement tragique de ce genre, Google explique que c’est de la faute des algorithmes, comme le rapporte Gizmodo : « Les résultats de recherche en provenance de Twitter, qui fonctionnent sur nos algorithmes de classement, changent de seconde en seconde et représentent une conversation dynamique qui se déroule en quasi-temps réel. »

Le moteur de recherche promet cependant de « continuer à chercher des moyens d’améliorer le classement des tweets qui apparaissent dans les résultats de recherche ».

Après la tuerie de Las Vegas, Google et Facebook s’étaient excusés suite à la diffusion de fake news sur l’identité du tueur.

Par La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *