Mohamed Bajrafil, figure montante de l’Islam de France

Originaire des Comores, l’imam d’Ivry-sur-Seine et docteur en linguistique prône un Islam du juste milieu qui amène à la réflexion et à la raison.

Linguiste, écrivain, professeur et imam

Mohmaed Bajhrafil a été initié très jeune aux sciences religieuses, par son père ancien grand mufti des Comores. Dès l’âge de trois ans, il reçoit une formation théologique par l’apprentissage de l’arabe puis de la lecture et la récitation du Coran. Il maîtrise le droit et la jurisprudence islamique, les sciences de la purification des âmes, la poésie classique …

Il arrive en France en 1999 et commence à enseigner le français et l’histoire en lycée professionnel. En parallèle, il commence comme imam bénévole dans l’Essonne, à la grande mosquée de Corbeil-Essonnes. Désormais reconnu pour son talent, il alterne les prêches du vendredi entre la mosquée d’Ivry-sur-Seine et celle de Montreuil. Mobilisant beaucoup de personnes lors de ses conférences, on peut attester qu’il est devenu un imam influent aussi bien sur les réseaux sociaux que sur le terrain.

Partage, éducation et transmission de savoirs

Aujourd’hui, il se bat pour un Islam de France reconnu, basé sur une ouverture d’esprit et le sens critique.

« Je ne parle pas d’une réforme de l’Islam, mais d’une réforme de la 
lecture des textes ».

Pour Mohamed Bajrafil, la raison et la réflexion doivent être au coeur de la pensée religieuse. Notamment face au phénomène actuel de radicalisation, il est convaincu qu’une formation spirituelle et une transmission des savoirs sont les clés de réussite face à ce problème sociétal, qui ne cesse de porter préjudice à des milliers de français de confession musulmane.

« L’imam doit être un vecteur de savoir et de réveil de conscience, 
pas un donneur de leçon ».

Selon lui, l’imam oriente et conseille les croyants, mais ne doit pas être vu comme le chef suprême et être suivi aveuglement. Il ne doit pas empêcher les fidèles de réfléchir. Car l’absence d’une hiérarchie religieuse dans l’Islam doit être vu comme la possibilité de réfléchir et de discuter.

Pour Mr Bajrafil « le Coran appelle à ces valeurs que vous venez de citer : la liberté de pensée, la liberté d’expression, le dialogue et le raisonnement y sont présents. Même les plus grands opposants à Dieu ont eu la parole dans le Coran. C’est bien la preuve que le Coran est l’art du débat par excellence. ».

Par La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *