La femme nue d’Ain El Fouara vandalisée

À Sétif, l’attaque de la statue d’Ain El Fouara réveille le cauchemar des années noires algériennes…

Une statut défigurée à cause de sa nudité

En début de semaine, un homme armé d’un marteau et d’un burin s’est attaqué à la statue d’Ain El Fouara (la source de la fontaine). Belle naïade en marbre, elle a été sculptée par Francis de Saint-Vidal en 1898.

Selon les personnes sur place, l’homme aurait agi par convictions religieuses, commettant ainsi des actes identiques à Daesh – détruisant les œuvres d’art en Syrie et en Irak.

Comme le rappelle le Huffpostmaghreb, ce n’est pas la première fois que la statue d’Ain El Fouara subit une tentative de destruction. Les algériens se rappellent de l’attenatt dont a été victime « la gardienne de la baraka (chance) de Sétif en 1997. Une bombe avait été placée sous son socle. Sa reconstruction avait été rapide.

Acte isolé ou terroriste ?

Le chargé de communication de la sûreté de la wilaya de Sétif a délcaré que l’auteur de l’acte de vandalisme présentait une déficience mentale. Mais la destruction de la statue est bien loin de rassurer. Dans un contexte où de nombreux djihadistes ont quitté la Syrie et l’Irak pour rejoindre pays d’Asie, d’Afrique ou encore du Maghreb, cet acte est perçu comme un rappel. Un rappel à vingt ans de violence terroriste.

De fortes réactions sur les réseaux sociaux

Quoi qu’il en soit, les réactions ont été nombreuses et très positives. Les sétifiens, les algériens ne cachent pas leur indignation et leur colère.

 

Par La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *