France : un nouveau plan gouvernemental contre la radicalisation djihadiste

Le premier ministre, Edouard Philippe présente son plan national de prévention de la radicalisation nommé « Prévenir pour protéger »

Trois ans après les attentats de janvier 2015, Edouard Philippe présente aujourd’hui un plan contre la radicalisation djihadiste qui fait suite à celui de 2016. Après la réunion d’un comité interministériel réunissant différents membres du gouvernement avec notamment Gérard Collomb, Jean Michel Blanquer ou encore Laura Flessel, le premier ministre présente un « plan national de prévention de la radicalisation ». Le plan en question comporte une soixantaine de mesures.

Un volet important concerne les prisons, en effet, en France sur près de 80 000 détenus, un peu plus de 500 sont incarcérées pour des faits de terrorisme. On estime par ailleurs qu’environ 1100 prisonniers de droit commun sont classés comme « radicalisés ».

Pour prévenir la  « contagion », le gouvernement veut prendre des mesures fermes en isolant les radicalisés des autre prisonniers. Une des propositions pour lutter contre la radicalisation c’est de créer au sein même des prisons des quartiers de prise en charge de la radicalisation pour éviter la propagation de l’idéologie djihadiste.

Une question se pose, celle des mineurs de retour des zones de guerres djihadistes. La proposition du gouvernement va dans le sens d’une professionnalisation des personnels qui seraient en première ligne pour la prise en charge de ces enfants embrigadés par l’EI. D’après les derniers chiffres officiels, 68 mineurs sont de retour en France alors que plus de 500 sont encore bloqués dans les zones de guerres.

L’exécutif compte aussi de développer un volet « prévention »,  ce plan national prévoit de renforcer la détection et renforcer l’évolution de la radicalisation.  Concernant le volet « Education » il s’agit de développer les dispositifs de soutien à la laïcité, développer l’éducation aux médias, encadrer l’ouverture d’établissements privées… Pour prémunir les jeunes contre les théories du complot et les propagandes extrémistes,il est prévu d’impliquer les acteurs d’internet qui peuvent développer des outils d’identification des contenus.

Pour trouver les principales mesures proposées par le plan : Le Monde

Par La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *