Al Biruni, le savant musulman qui a découvert l’Amérique ?

Il y a environ mille an, au XI siècle, vivait à la cour de Ghazna en Afghanistan Afzal Muhammad ibn Ahmad Abū al-Rayhān al Biruni, le plus grand savant de son époque.

Génie de l’époque médiévale, il excellait dans un large spectre de disciplines. Original et réfléchi, il étudia les mathématiques, physique, astronomie, sciences naturelles… tout en étant un homme de lettres érudit, habile chronologue, linguiste confirmé, astucieux géographe et historien.

Résultat de recherche d'images pour "al biruni"

Né dans une famille iranienne, Al Biruni a passé les vingt-cinq premières années de sa vie à Kath, en bordure sud de la mer d’Aral. Là, il reçut des enseignements fondamentaux comme les mathématiques par des maîtres de cette discipline et commença à correspondre avec le jeune Ibn Sina, connu en Occident sous le nom d’Avicenne.  Polygotte, il choisit de rédiger ses traités scientifiques en arabe, en alternant cependant parfois avec le persan.

À Djurdjan, à la cour du sultan ziyāride Abū l-Ḥasan Ḳābūs, il composa son premier ouvrage traitant de divers sujets : calendriers et ères, problèmes mathématiques, astronomiques, météorologiques…

Après la conquête du pays par le sultan Gh̲aznawide Maḥmūd b. Subuktakīn, al Biruni est fait prisonnier et emmené à Ghazna en Sidjistan (Afghanistan actuel) entre 1016 et 1017. Officiellement on lui assigne le statut d’astrologue de la cour. En réalité il va accompagner le sultan dans ses expéditions militaires. C’est à ce moment qu’il découvre l’Inde et qu’il rédigera l’un des plus importants ouvrage sur l’Inde et de ses religions Description de l’Inde, qu’il achèvera en l’an 1030.

Pour comprendre l’importance de son apport, il faut savoir que 500 ans avant Galilée, il commença a étudier l’hypothèse de la rotation de la Terre autour de son axe et de sa révolution autour du Soleil : ce que l’on appelle la théorie héliocentrique.

La découverte de l’Amérique

Lecteur attentif des écrits grecs, Al Biruni était déjà familier des hypothèses de Ptolémée. Ces dernières, couplées à ses propres observations vont lui permettre de déduire que la Terre est ronde. Il peut alors se pencher sur le problème de la détermination de sa circonférence exacte.

Sur la nouvelle carte du monde qu’il imagine, il place tous les endroits connus de son époque et s’aperçoit qu’il n’est pas possible que la Terre, avec la forme qu’il lui a attribuée, puisse garder son équilibre. Or la Terre est bien en équilibre, alors qu’y a-t-il sur le reste de la planète ?

En l’an 1031, Al Biruni en est convaincu : il existe un autre continent sur lequel les hommes de son époque n’ont pas encore posé pied. Le processus intellectuel par lequel il arrive à cette conclusion est époustouflant, pendant 30 ans il n’a eu de cesse de travailler sur ces questions pour arriver à cette conclusion. Alors Al Biruni est-il le premier homme à avoir découvert l’Amérique, quelques quatre siècle avant Christophe Colomb ?

 

Par La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *