Ateliers sens critique : décrypter les fake news et les intox

L’initiative citoyenne What the Fake lance des campagnes vidéos contre la haine en ligne depuis presque 2 ans. Aujourd’hui What the Fake franchit une nouvelle étape et articule le on-line avec le off-line à travers des ateliers d’éducation à l’esprit critique.

 

Ce projet qui a pour nom « Sens Critique » vise à encourager l’esprit critique des adolescents en les impliquant dans l’élaboration et la diffusion de campagnes  vidéos contre la haine et la manipulation. L’objectif principal étant que ces adolescents, particulièrement exposés aux discours de haines en ligne, soient acteurs d’une campagne qu’ils réalisent avec le concours de professionnels leur permettant d’acquérir des réflexes critiques face à l’information accessible sur internet et les réseaux sociaux.

Concrétisation d’un projet qui se prépare depuis plusieurs mois, ces ateliers « sens critique » en partenariat avec Impulsion75, la FJPI, L’association Lumière sur l’info et l’ISD ont débuté mercredi 30 mai 2018.

Il est 13h30 quand tous les protagonistes se présentent devant le lycée Buffon dans le 15 ième arrondissement de Paris. Très vite tout le monde prend place et les présentations faites, l’atelier débute.

Susanna Dorhage, journaliste et membre de l’association Lumière sur l’info, commence par les sensibiliser au décryptage de l’information. Durant cet atelier qui va durer 3h, elle les pousse à se poser des questions, à réfléchir à ce qu’ils ont pu lire sur internet, à essayer de démêler l’information de l’opinion. Ainsi son objectif est triple :

  • Identifier l’information notamment à travers ses sources
  • Comprendre les codes de la désinformation
  • Décrypter l’information

 

 

Cette première partie de l’atelier permet aux élèves, par groupes de 4, de s’interroger sur les différents mécanismes de la désinformation. Ils comprennent la différence entre information et opinion, information vérifiable et fake news.. Chaque groupe a pour mission de choisir une information et d’expliquer à l’issu de la séance s’il pense que l’information est fiable ou non. Pour la prochaine séance, ils devront apporter les preuves qui leurs permettent d’appuyer leur dires.

La deuxième partie de l’atelier fait intervenir plusieurs membres de la Fédération des Jeunes Producteurs Indépendants (FJPI). À partir de l’exemple d’un film que les enfants ont regardé, on leur explique de quelle manière on raconte une histoire. En réfléchissant à l’histoire du film, ils déroulent le thème et comprennent comment se fabrique un film. 

Par La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *