Les ONG, complices des passeurs en mer Méditerranée ?  

 

Diffusée sur la majorité des sites complotistes, une vidéo tirée de « Marine Traffic », un site internet permettant de géolocaliser les déplacements des bateaux dans le mer Méditerranée, revient sur les déplacements des bateaux d’ONG françaises au large des côtes libyennes ces derniers mois. La conclusion du site « FdeSouche » : les déplacements de ces embarcations sont la preuve des aller-retour effectuées par les ONG pour transporter des populations venues d’Afrique et du Maghreb des côtes libyennes jusqu’à l’île de Lampedusa, en Italie.

 

Une fois de plus, il ne faut pas chercher loin pour trouver le sous-bassement théorique à cette nouvelle élucubration des sites complotistes : la théorie du grand remplacement est au cœur des accusations du site internet complotiste. Celle-ci est une vieille chimère d’une extrême-droite jamais à court d’idées pour dénoncer les méfaits de l’immigration. Selon cette théorie, les politiques d’immigration des gouvernements européens condamneraient les français « de souche » à être remplacés peu à peu par d’autres peuples venus du Maghreb et d’Afrique. Dans son livre « Le changement de peuple », Renaud Camus, écrivain français et heureux géniteur de cette théorie, annonce la mise en place d’une « colonie de peuplement » en France, contribuant à diluer l’identité française.

 

Pour lui, l’avantage tiré par les gouvernements de gauche qui nous dirigent est limpide : accueillir ces populations immigrées, qui voteraient majoritairement pour des partis socialistes, leur assurerait leur réélection, au détriment des partis d’extrême droite, seuls à même de défendre l’identité française. Des ONG seraient donc missionnées par nos gouvernements pour transporter les immigrés d’une rive à l’autre de la mer Méditerranée, et augmenter le poids démographique des populations immigrées en Europe.

 

Autant le dire directement, ces théories ne résistent pas longtemps à un examen objectif des faits. Prenons le grand remplacement : les études de l’Insee disent tout autre chose que les livres de Renaud Camus. L’institut de statistiques français décompte ainsi 5,3 millions de personnes « nées étrangères dans un pays étranger » en France, dont 1,8 million venant de l’Union européenne. 3,3 millions de personnes vivant en France sont donc originaires du Maghreb, d’Afrique subsaharienne et d’Asie. Ces immigrés qui font donc si peur à Renaud Camus et ses amis du site « FdeSouche » représentent à peine 5 % de la population française.

 

De leur côté, les bateaux suspectés de faire l’aller-retour entre l’Italie et l’Afrique, les cales chargées de candidats à l’immigration, sont bien loin de ces considérations. Le leitmotiv de ces bateaux n’est bien sûr pas de transporter illégalement des africains en Europe, mais plutôt de sauver d’une mort certaine des femmes, des hommes, des enfants qui ont pour seul crime d’être nés de l’autre côté de la mer, et qui bravent la Méditerranée, à la recherche d’un futur meilleur, entassés sur de frêles embarcations. Dignity I, Bourbon Argos et Aquarium, trois des bateaux cités par « FdeSouche » sont missionnés par Médecins sans Frontières ou SOS Méditerranée, et sillonnent chaque jour les routes maritimes méditerranéennes, à la recherche d’embarcations souvent précaires et peu adaptées à la haute mer. Les immigrés en détresse, ils les ramènent à terre, en Italie ou en Libye, ce qui les conduit à réaliser sans cesse des allers-retours entre les deux rives.

 

Depuis avril 2016, les équipages de ces trois bateaux ont porté secours à plus de 20 000 personnes. Cela vaut-il la peine de se faire insulter par quelques idéologues d’extrême-droite ? On pense que oui.

Par La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.