Elle a été en Syrie par amour, elle s’en est enfuie par effroi

C’était par amour. Cela a duré un an. Un an d’enfer, que cette jeune femme âgée de 20 ans raconte. Un témoignage poignant, qui décrit la réalité de Daesh, la vie “là-bas”, la survie au coeur de l’horreur.

Au début, pourtant, elle ne savait pas trop. Elle a juste suivi son amoureux, à Raqqa, en Syrie. Lui était déjà là-bas depuis 3 ans et demi. Ils se sont mariés à Raqqa. Elle est tombée enceinte. Mais à Raqqa, il y a trop de bruit, trop de tueries, trop d’avions dans le ciel. Elle demande alors à son mari s’ils peuvent aller un peu plus loin. Il refuse. Elle a peur, de plus en plus peur. Elle s’enfuit, avec d’autres Français, comme elle, qui ont rejoint Daesh. Direction Al Bab, dans le nord de la Syrie. Pas de chance, là-bas, on la ramène de force à Raqqa. Auprès de son mari ? Non, en prison. Elle y reste deux mois et demi. Elle se fait tabasser, on ne lui donne pas à manger. Pendant ce temps, son mari se bat. Pas de chance pour lui aussi : il meurt, sur le front, à Manbij, vers Alep. Désormais veuve, elle devient un morceau de chair à prendre. On veut la marier, de force bien sûr. Elle réussit à se sauver, avec sa fille. Elle revient en France, retrouve sa mère, ceux qu’elle aime et qui l’ont toujours aimée. Fin de l’enfer. Elle est revenue sur Terre.

“J’ai envie de tout oublier. Ce que j’ai vécu ici (en Syrie – NDLR), c’est quelque chose de mal. J’ai envie de dire aux femmes à Raqqa, ouvrez les yeux (…) lci, c’est que du mensonge, protégez vos enfants, c’est pas une vie facile ici, c’est que du mensonge”, confie-t-elle.

Par ouimaisnon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.