Le théorème du complot

Le conspirationnisme se nourrit de  données qui sont présentées comme vraies, avérées, valides, mais ne le sont pas. Des images, des mots, des événements sont ainsi collectés par l’auteur d’une théorie du complot qui les transformera ensuite en éléments de preuve, quitte à convoquer un « expert » pour corroborer ses dires en les enfouissant sous un vernis de termes techniques et de raisonnements séduisants. Enfin, après cette « démonstration » qui semble plus vraie que nature, le conspirationniste assène le coup de grâce. Une morale qui raconte toujours la même histoire : quand on n’a rien à se reprocher, on n’a rien à cacher. Dans cette vidéo, Denis Robert décrypte cette mécanique du complot, qui est aussi la mécanique du mythe.

 

Par La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.