Les djihadistes abandonnent-ils Twitter ?

Twitter accélère sa lutte contre Daesh.

L’entreprise a annoncé, mardi 21 mars, avoir suspendu 377 000 comptes incitant au terrorisme durant le deuxième semestre de l’année 2016, après en avoir supprimé 235 000 au premier. Cela va-t-il pousser les djihadistes à rechercher d’autres réseaux pour communiquer ou diffuser leur propagande ?

Selon le chercheur Romain Caillet, interrogé par Le Monde, le durcissement de la modération sur Twitter a déjà provoqué une migration d’une partie de la galaxie Daesh vers la messarie Telegram.

“Pour la veille sur l’actualité djihadiste, Twitter ne sert plus à rien, que ce soit pour les francophones ou les arabophones”, souligne Romain Caillet. Pourtant, précise-t-il, “cela ne veut pas dire que les sympathisants djihadistes ne reviendront pas. Ils sont déjà brièvement revenus sur Facebook il y a six mois, après l’avoir déserté, et y ont même été davantage présents que sur Twitter. Mais actuellement, la dynamique est plutôt d’abandonner Twitter”.

Il faut dire, explique le chercheur, que la politique de Twitter à l’égard des comptes djihadistes a sérieusement évolué depuis 2014. A l’époque, il fallait carrément revendiquer un attentat via un tweet pour se voir supprimer son compte. Depuis, Twitter a réagi et supprimer régulièrement des milliers de comptes “à risque”.

Quelles alternatives ?

Telegram constitue-t-il une véritable alternative à Twitter ? Pas sûr. Car sur cette messagerie, les djihadistes “ne touchent plus le même public, mais un cercle d’initiés, de djihadistes convaincus”.

“Ce qu’il sera intéressant d’observer, c’est après”, poursuit Romain Caillet. “L’EI est actuellement sur un mode défensif, ses adversaires remportent des batailles, ils sont dans une dynamique de défaite. Mais quand ils auront perdu tout leur territoire, ils passeront en mode « chasseurs ». Ils seront dans la clandestinité, n’auront plus rien à perdre, et communiqueront uniquement sur des actions victorieuses : prise de bâtiments officiels, assassinats ciblés, attentats majeurs…”

 

Par La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.