Macron fustige Sputnik et Russia Today, propagateurs de “fake news”

Lundi 29 mai, lors de la conférence de presse conjointe qu’on animée Emmanuel Macron et Vladimir Poutine, le président français n’a pas mâché ses mots à l’égard de Russia Today (ou RT) et Sputnik, deux organes de propagande soutenus par le Kremlin qui se sont fréquemment illustrés en relayant de fausses informations, notamment au cours de la campagne présidentielle française.

“On va se dire les choses : en vérité Russia Today et Sputnik ne se sont pas comportés comme des organes de presse et des journalistes mais comme des organes d’influence, de propagande et de propagande mensongère, ni plus ni moins”, a lancé le chef de l’État français, ajoutant : “Quand des organes de presse répandent des contre-vérités infamantes, ce ne sont plus des journalistes, ce sont des organes d’influence”.

Russia Today, la chaîne TV du Kremlin

La chaîne Russia Today a été lancée en 2005 par RIA Novosti, une agence de presse qui dépendait alors du ministère de la Communication russe, rappelle Libération. RT est également financée par l’Etat russe. En 2013, le Kremlin avait ainsi versé 300 millions d’euros à RT, selon l’enquête de NewStatesman. Certes, en France aussi les médias reçoivent des aides publiques, voire sont des entreprises publiques, comme France Télévisions, mais ils conservent un statut leur garantissant l’indépendance à l’égard des pouvoirs politiques. Ce n’est pas le cas avec RT qui, depuis un décret pris par Poutine en 2012, est une entreprise stratégique, servant officiellement les intérêts de l’Etat russe. Son influence est croissante. En 2014, elle pouvait compter sur une audience de 630 millions de téléspectateurs dans le monde, selon le quotidien le Monde.

Sputnik, diffuseur d’ “information alternative”

Sputnik, dont le slogan est “To tell the untold” (dire ce qui n’est pas raconté), a été créé en 2014 et vise à atteindre surtout une audience étrangère. C’est un relais d’influence digital de Russia Today. Pour cela, l’organe se déploie via plusieurs sites internet, mais aussi une radio, qui touchent 34 pays. Sputnik est présent en France depuis 2015. Pour Vladimir Poutine, Sputnik a vocation à “briser le monopole anglo-saxon sur le flux global d’informations”.

Sur son site, il est indiqué que “Sputnik dévoile ce dont les autres ne parlent pas. L’agence se positionne comme un fournisseur d’informations alternatives et comme un diffuseur radio”. Mais les “informations alternatives” tournent souvent en fausses informations. Sputnik et RT ont en particulier sévit durant la campagne présidentielle française contre Emmanuel Macron (voir un article ici), par exemple entendre, sans preuve, que les mails d’Hillary Clinton contenaient des révélations compromettantes sur le candidat.

Par La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.