Des iraniennes lancent une campagne contre le port du voile obligatoire

Une iranienne a lancé la campagne « white wednesday » sur internet pour défendre la liberté de porter le voile ou non.

Depuis la révolution de 1979, l’Iran applique une loi islamique très conservatrice. Les femmes sont les premières victimes de ce régime, où elles voient leur liberté disparaître. Elles ont l’obligation de se voiler, et le guide suprême publie fréquemment des fatwas qui continuent de les persécuter. En septembre, il a publié une fatwa empêchant les femmes de faire du vélo en public. Face à ces restrictions ridicules, de plus en plus d’iraniens protestent.

Une campagne qui s’adresse aux femmes, mais aussi aux hommes

"J'espère que nos foulards blancs deviendront un symbole du 
libre choix et de la lutte incessante pour l'égalité".
Masih Alinejad

C’est la journaliste iranienne Masih Alinejad, aujourd’hui en exil aux États-Unis, qui est à l’initiative de cette campagne. Elle a créé la page Facebook « My Stealthy Freedom » (Ma liberté cachée). Elle milite pour obtenir la liberté de choisir.

À travers le hashtag #whitewednesdays, des citoyens iraniens affichent des photos et des vidéos d’eux portant des voiles, des habits ou encore des accessoires blancs en guise de protestation. Le but est de critiquer la loi sur le voile obligatoire de manière pacifique, en sensibilisant la société iranienne. Tous les citoyens – femmes et hommes – sont appelés à participer au mouvement.

« Cette campagne est également adressée aux femmes qui portent 
volontairement le voile, mais qui restent opposées à l'idée de l'imposer 
aux autres. De nombreuses femmes voilées en Iran trouvent également que le 
voile obligatoire est une insulte. En prenant des voiles d'elles-mêmes en 
blanc, ces femmes peuvent aussi montrer leur désaccord avec la contrainte. 
Notre campagne est une manifestation pacifique contre la contrainte et nous 
invitons tout le monde à nous rejoindre. » Masih Alinejad

Une ampleur considérable

Lancé depuis mai, le hashtag représente une plateforme de communication et augmente la visibilité du mouvement. D’autant plus que les réseaux sociaux permettent aux Iraniens de manifester indirectement en public, sans risquer d’être réprimer par la police des mœurs.

Désormais, des milliers de femmes participent à cette campagne, en Iran mais également à travers le monde en solidarité avec les iraniennes.

بي حجاب فحش نيست، چادري فحش نيست اينها حق انتخابه. ولي من حتي از فحش و ناسزا هم نمي ترسم. #پاسخ_به_خانم_چادري قرار ما همين چهارشنبه هر جا كه هستيد #چهارشنبه_های_بدون_اجبار #چهارشنبه_های_سفید . شما هم ويديوهاتون در مخالفت با حجاب اجباري را برايم بفرستيد. آقايون با دستبند سفيد و زنان با شال سفيد فيلم بگيريد. نماد مخالفت ما با اجبار رنگ صلح است و سفيد. ايران براي همه است چه با حجاب چه بدون حجاب. #WhiteWednesdays

Une publication partagée par Masih Alinejad (@masih.alinejad) le


 My Stealthy Freedom

 @masihpooyan

Par La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.