Un atelier pour sensibiliser sur les violences faites aux femmes

Comme chaque mois, Civic Fab propose un atelier de promotion du sens critique à travers une démarche créative à des associations ayant pour public des jeunes en situation de vulnérabilité. Dans ce cadre, notre équipe a travaillé en concert avec l’association Jeunacito à Argenteuil pour proposer à une vingtaine de jeunes de réfléchir sur une thématique, difficile à appréhender, à travers la vidéo. 

Ainsi pendant 5 séances, Asmaa, Amine, Amir, Fatou, Timothée et les autres ont réfléchit sur les violences faites aux femmes et ont essayé montrer la difficulté qu’avaient les victimes et les témoins à les dénoncer. Surtout ils n’ont pas oublié le travail qu’il restait pour les dépasser une fois le silence rompu autour des violences.  

Ainsi la première séance a été l’occasion de réfléchir sur ce qu’était le sens critique et de quelles manières on pouvait en faire preuve et le travailler. Cela les a amené à comprendre le danger que représente les informations non croisées et non vérifiées propagées sur les réseaux sociaux. 

La présentation de la thématique, les violence faites aux femmes, leur a permis d’aborder un sujet qui reste quelque peu tabou. Si certains n’ont pas osé prendre la parole d’autres n’ont pas hésité à s’exprimer sur ce sujet qui finalement les préoccupe énormément. Ils ont partagé avec nous leurs expériences et craintes concernant le harcèlement sexuel, les violences conjugales, ou l’interdiction de l’IVG dans certaines parties du monde. 

Loin des clichés, ils ont traité avec justesse et sincérité des différentes violences auxquelles font face les femmes dans le monde : harcèlement, viols, violences conjugales, violences morales, privation de liberté… Par extension ils ont été surpris d’arriver à la conclusion que les hommes, aussi, pouvaient être victimes de violences conjugales. 

En fin de séance, ils se sont attelés à penser une campagne de sensibilisation sur les violences faites aux femmes. Les uns ont décidé de traiter le sujet des mariages forcées des jeunes filles violées à leur violeur, les autres se sont concentré sur les violences au sein du couple ou dans l’espace public. 

Lors de la deuxième séance, chaque groupe a rédigé son scénario à partir du message qu’il voulait faire passer. Durant 3 heures ils ont appris comment écerire une histoire, faire passer un message à travers la vidéo. 

La 3ième séance a été ea plus mouvementée, les groupes se sont très vites pris au jeu et ont créé leur propre scène de tournage. Selon les contraintes des uns et des autres (ne pas vouloir apparaitre devant la caméra, avoir peur du regarde de l’autre…) ils ont choisi des formats vidéos adaptés. 

 

La quatrième séance a été l’occasion de présenter une introduction à un logiciel de montage, imovie. Ils ont ensuite commencé à monter leur film sur ordinateur avec l’aide des professionnels de l’image qui les accompagnent. 

Enfin la dernière séance, traditionnellement réservée à la projection des vidéos réalisées, a été l’occasion de revenir sur ce qu’ils ont appris durant les quatre jours passés ensemble. Ils ont ainsi rédigé le Pitch de leur film en expliquant de quelle manière ils ont essayé de faire travailler leur sens critique.

Finalement tous étaient heureux d’avoir pu participer à cet atelier, et c’est sous les applaudissements de leurs camarades qu’ils ont quitté la scène.

Par La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.