Ils s’engagent : Mounya Boudiaf, née un 17 octobre

Video

Dans l’épisode 3, Mounya Boudiaf actrice et metteuse en scène, nous parle de sa pièce de théâtre « Née un 17 octobre ». Un spectacle qui réunit trois générations d’une même famille pour dire leur histoire des évènements tragiques du 17 octobre 1961. Le 17 octobre 1961 est donc une date emblématique tant en Algérie qu’en France. Et cette pièce dit combien la mémoire est importante et comment en tant que récit commun elle peut jouer un rôle dans l’apaisement et dans la prévention des discours extrémistes.

Maghreb : tous unis pour lutter contre l’extrémisme

Video

Cibles d’attaques terroristes sanglantes les pays du Maghreb s’organisent efficacement pour lutter contre l’extrémisme religieux et politique. En Algérie comme au Maroc ou en Tunisie, société civile et pouvoirs publics essaient de se mobiliser pour enrayer la menace terroriste.

Si Kaddour Ben Ghabrit, le “Juste” musulman de la Mosquée de Paris

Video

L’Algérien Si Kaddour Ben Ghabrit fait partie de ces “Justes” musulmans qui ont sauvé des juifs sous l’Occupation. Une exposition à New-York leur rend hommage.

« Le plus parisien des musulmans »

Né en 1873 à Sidi-Bel-Abbès en Algérie au sein d’une famille de notable, Si Kaddour Ben Ghabrit poursuit de grandes études à Alger puis à Fès. Il acquiert au cours de sa formation une solide formation grâce à laquelle il devient membre de l’administration marocaine du roi Hassan 1er.

En 1920 il participe activement au projet de la construction à Paris d’une mosquée – l’actuelle Grande mosquée de Paris – et d’un institut, symbole d’amitié et à la mémoire des soldats musulmans morts pour la France en 1914-1918. La mosquée est vite devenue un lieu très attractif à Paris, notamment grâce à la personne de Si Kaddour Ben Ghabrit, sa personnalité et son savoir exceptionnels. Il parvient à faire rayonner la culture arabo-musulmane dans les salons parisiens.

“Des centaines de juifs sauvés”

Durant la seconde guerre mondiale, Si Kaddour Benghrabit aurait joué un rôle essentiel dans le sauvetage de juifs persécutés par le régime Vichy. Il aurait notamment fourni de faux certificats d’identité musulmane à de nombreux juifs, dont le chanteur Salim Halali, pour leur éviter l’arrestation et la déportation.

On ne connaît pas le nombre exact, mais selon les témoignages, ce fut entre 500 et 1 600 juifs sauvés.

Si Kaddour Ben Ghabrit fait partie des “justes” musulmans mis à l’honneur dans une exposition à New-York.